Le repos du véreux.

Le Maire de Laval « harcelé » par la brigade anti-corruption, contesté de toute part a déclaré qu’il allait se retirer temporairement pour raison de santé en présentant un bulletin médical.

caricature Chapleau

T-Bear ne s’en fait pas trop pour sa santé pour les mêmes raisons que Hervé Philippe qui a fait cette caricature.

Coli suspect E….

Depuis quelques semaines on parle dans la presse Canadienne d’un scandale de la viande contaminée. Suite à de nombreux cas de consommateurs contaminés par la bactérie E.Coli (pas celle qui a attaqué T-Bear et dont pourtant le nom inventé par lui HiSo6 évoque des produits carnés alimentaires), une usine d’abattage et de transformation de la viande a dû TEMPORAIREMENT fermer ses portes suite à une inspection des lieux. On vient de rayer définitivement Lance Armstong pour une « triche » qui n’a tué personne, mais voici qu’on permet de réouvrir quelques semaines après sa fermeture un établissement qui a représenté « LUI » un danger pour le public. Et on dit que l’argent n’a pas d’odeur ?

La succession à Lance

Normalement l’athlète déchu est remplacé d’office par le suivant au palmarés. Ainsi en a-t-il été pour le coureur de 100m Ben Johnson qui a été remplacé par Carl Lewis. Pourtant les doutes se portaient aussi sur ce successeur. Mais voilà que plus rien n’est sûr dans le trouble monde du sport professionnel. C’est qu’il y a confusion des genres. Qu’une stricte mortale soit maintenue dans le sport amateur, c’est normal. Par contre le sport professionnel fait partie de l’industrie du chow business. Il s’y brasse des fortunes cosmiques d’origine assez trouble. Les salaires de ces professionnels sont une insulte à la décence et aux bonnes moeurs. Alors ne parlez pas à T-Bear de sauvegarder LA morale dans un réseau d’égout. Pour renouveler l’intérêt du public qui paie, les régisseurs exigent que les performances des acteurs dépassent perpétuellement les limites humaines. Stakhanovismedes temps modernes. Ne manger que de la soupe aux vermicelles ne suffit pas. Il faut d’autres substances pour perpétuellement se surpasser. Même au temps où l’on ne parlait pas de dopage, des vainqueurs comme Louison Bobet acceptaient un petit remontant alcoolisé que leur offrait les spectateurs et tout le monde trouvait ça normal. Mais à ce moment là l’argent sal ne coulait pas à flot. Bien plus que les vedettes, c’est toute l’organisation de cette industrie qui est pourrie jusqu’à la moelle. Et c’est pour ça qu’elle a besoin de boucs émissaires prestigieux à lessiver pour camoufler leur linge sal quand il pue trop. Arrêtons donc cette farce malséante. Le dopage zéro est d’une hypocrisie vomitive. Il est impossible de donner un spectacle performant sans dope. La preuve ? C’est qu’une fois Lance Armstrong jeté salement aux ordures, personne n’arrivera à trouver un successeur à l’haleine pure.

Caricature de Chapleau

Les moralistes véreux de l’USADA et de l’UCI le savent trop bien et c’est pour ça qu’ils y ont renoncé. Trop de bonté à l’UCI de reconnaître son championnat du monde de 1993 et sa victoire sur le cancer. Pourtant il n’a certainement jamais été autant dopé que pendant le traitement contre cette maladie. En tout cas un trou béant de 7 années va noircir à tout jamais le cyclisme professionnel qui n’est qu’une industrie parmi les autres sports professionnels aussi touchés mais qui sont moins hypocritement controlés. Honte, honte, honte à tous les organisateurs de ces spectacles et à nous qui leur donnons notre caution. Nous ne valons pas plus que les spectateurs décadents des arènes romaines.