Laissez-les vivre un peu

Dans son enfance, les grandes vacances représentaient la liberté totale à faire les 400 coups avec les copains mêlés parfois de copines et ceci jusqu’à son entrée au secondaire. guerre-des-boutons-1961-13-gOn partait le matin dès le petit déjeuner avalé pour revenir à midi et puis retour avant le repas du soir. Bien entendu, nos genoux étaient couverts de croûtes badigeonnées de mercure au chrome ou de teinture d’iode. Parfois un oeil au beurre noir témoignait de vivacité des discussions aux arguments frappant à la clef, mais très rares étaient les vrais accidents. La guerre des boutons quoi. boutons2-tt-width-604-height-402Ces vacances en liberté totale compensaient toutes les volées qu’on pouvait recevoir de la part des adultes tant à la maison que dans la rue ou à l’école. De nos jours, ces violences ont disparu, mais la liberté avec. enfant accroBeaucoup d’enfants de nos jours passeraient leurs vacances à « pitonner » des 2 pouces sur tous les gadgets électroniques et l’on comprend les parents de les inscrire à toutes sortes d’activités de plein air pour les tirer de là. être un enfantMais quelque fois trop c’est trop. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s