Ils ont osé…

Les britanniques ont tranché le lien avec l’Union Européenne par un référendum historique. brexit et aprèsPresque 52% pour la sortie, on aimerait tant ça l’obtenir pour le OUI au prochain référendum sur l’indépendance du Québec. réfugiés anglaisEn attendant. c’est le pavé dans la mare aux grenouilles. Ça magouille et ça grenouille politiquement tous azimuts.

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux élucubrations de T-Bear en cliquant sur le logo ci-dessous :

EntêteNoël14aujourd’hui : l’élu de Dieu.

Advertisements

Le brexit vu par les petits oiseaux

Moment crucial pour l’Union Européenne : jeudi 23 mars aura lieu en Grande Bretagne le référendum qui déterminera si le Royaume Uni y restera ou non, le « Brexit ». À bien y réfléchir d’ailleurs, juste l’intention de procéder à un tel référendum est déjà une claque en pleine face de l’UE. Pour se faire une idée, T-Bear est allé consulter la sagesse des petits oiseaux qui de plus sont d’une neutralité absolue puisqu’ils bénéficient d’un espace Schengen planétaire et vivent en autarcie. Et voici ce que ça a donné.

brexit pourquoi ?

brexit

De Gaulle Brexit

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux élucubrations de T-Bear en cliquant sur le logo ci-dessous :

EntêteNoël14aujourd’hui : de l’importance de vérifier souvent son trou de balle.

Brexit : la veille du lendemain

Donc jeudi 23 juin les britanniques auront à choisir entre le IN ou le Exit de l’Union Européenne. Excitant ? Pour les agioteurs en bourse, les économistes et les spéculateurs en tout genre, certainement. Pour le reste du monde, quelques remous dans la mare aux crapauds buffles, une période d’adaptation et la poussière retombera vite pour passer à d’autres moyens de se faire des peurs. 12961584_10154069329759304_2803076001521505880_nRien de bien nouveau dans les débats qui ont secoué la campagne référendaire. Elle rappelle à T-Bear celles du Québec pour son indépendance. Les « in » ont employé les mêmes menaces cataclysmiques économiques que les partisans du « non » au Québec. Et les tenants du « exit » la même ferveur nationaliste que ceux du « oui » à la souveraineté du Québec. brexit EuroIl y a eu les mêmes coups fourrés, les mêmes mensonges et abus de confiance, les mêmes magouillages dégueulatoires de part et d’autre, sauf que dans notre Québec pacifique, on n’a pas poussé l’abjection politique jusqu’au crime. Espérons que l’acceptation du résultat se fera au moins dans la dignité. 

N’oubliez pas de jeter un clin d’oeil aux élucubrations de T-Bear en cliquant sur le logo ci-dessous :

EntêteNoël14aujourd’hui : fidèles au delà de la mort.

Tel maître tel chien

Et la saga continue au Québec au sujet des pitbull dans une campagne des bullexit (référence à un certain référendum en Union Européenne) et des procanins. Ces derniers, dont la SPCA déclarent que peu importe la race de chien, c’est le maître qui est fautif en cas d’accident et non l’animal qui ne fait que ce qu’on lui a appris. C’est donc le responsable qui devrait être condamné et non la pauvre bête.pitbull